Congé mat’ : quelques petites infos bien utiles…

Manon BR 27.jpg

ça c’est moi trois jours avant d’accoucher 😮 Crédit : Laura Benvenuti

Quand vous tombez enceinte la première fois, évidemment vous ne pouvez pas tout savoir de ce qui vous attend et c’est bien normal. J’avoue que je ne me suis pas beaucoup préoccupée de la partie « administrative » de ma grossesse. Jusqu’à ce que j’accouche un mois avant…

Mon entreprise a été super. C’est peut-être spécifique à la Polynésie, ou à mes supérieurs je ne sais pas, mais à l’annonce de ma grossesse, je n’ai eu que des félicitations. Ça aurait pu les embêter d’avoir à chercher quelqu’un pour me remplacer, mais ils étaient avant tout heureux pour moi.

J’ai voulu tenir jusqu’au bout mais finalement je me suis arrêtée un peu avant le début de mon congé mat’. Je n’en pouvais plus.

Quand j’ai accouché en avance, idem. Tout le monde m’a demandé des nouvelles de Cacahuète. On m’a dit que mon congé maternité ne serait pas raccourci, et c’est tout ce qui comptait pour moi.

Mais… Si je m’étais renseignée un peu plus, j’aurais par exemple mieux compris les possibilités qui s’offraient à moi en tant que parent de préma.

Voici quelques petites choses à savoir si vous êtes salariée et enceinte. Attention, ces informations ne sont valables que pour la Polynésie (là où je vie). Le Code du Travail est différent en métropole. Ici par exemple, le congé de paternité n’existe pas…

  1. Si vous êtes salariée ou affiliée au Régime des non salariés, au minimum, votre congé maternité sera de 16 semaines consécutives :
    – 6 semaines avant l’accouchement (elles sont calculées sur la base de la date présumée d’accouchement),
    – 10 semaines après l’accouchement.
  2. Ce congé peut être prolongé dans la limite de 3 semaines, sur justificatif médical et après accord du médecin conseil de la CPS, du fait :
    • soit de l’état pathologique résultant de la grossesse ou des couches,
    • soit de l’impossibilité de reprendre le travail à l’issue du congé post-natal, en raison de problèmes liés à la prématurité du nouveau-né attesté par un certificat médical,
    • soit de naissances multiples.
  3.  Quand l’accouchement a lieu avant la date présumée, le congé peut être prolongé jusqu’à l’accomplissement des 16 ou 19 semaines de suspension de contrat auxquelles l’assurée a droit.
  4. Quand l’accouchement a lieu après la date présumée, les prestations en espèces peuvent être servies pendant plus de 6 semaines dans la limite de 14 jours de retard.
    La durée du repos postnatal reste inchangée et fixée à 10 semaines.
  5. En cas d’accouchement prématuré, si votre enfant est mis sous couveuse, il bénéficie de la prise en charge à 100% de ses soins jusqu’à ses 16 ans. Pour cela, vous devez l’immatriculer à la CPS dans les plus brefs délais. Puis à chaque consultation chez un professionnel de santé, signalez-le.

Source : CPS plus d’infos en cliquant ICI

Laisser un commentaire