Papa… et père au foyer

Crédit image à la une : Freestocks.org / StockSnap.io

VOS HISTOIRES

Une fois n’est pas coutume, c’est aujourd’hui le témoignage d’un papa, et blogueur, que j’ai décidé de publier.

 

Il se fait appelé « hippocampe » et pour une bonne raison : Charles a décidé de laisser sa vie professionnelle en suspens pour rester à la maison et s’occuper de sa fille. Il nous raconte son quotidien :

« J’ai décidé, nous avons décidé, que la carrière de ma femme était plus importante que la mienne, ou en tout cas méritait d’être privilégiée à ce moment de notre vie, sans remettre en question nos désirs de famille.

C’est donc moi qui reste à la maison pour m’occuper de notre petite fille de 9 mois maintenant. Cela ne veut pas dire que je suis inactif, cela veut dire que ma priorité, c’est ma fille.

  1. C’est quoi être un hippocampe dans l’absolu ?

Être un hippocampe c’est choisir de privilégier des moments qui sont irremplaçables, qui méritent d’être vécus à l’instant, à toute autre considération personnelle ou professionnelle.

Être hippocampe, c’est faire le choix de mettre sa carrière professionnelle en sommeil, pour privilégier celle de maman hippocampe.

Être hippocampe, c’est accepter le regard des autres, famille ou proches et anciens collègues, pour qui une vie normale d’homme est de rapporter sa subsistance à sa famille.

Être hippocampe, c’est accepter de renoncer à son propre agenda et de se plier à l’agenda naturel de sa progéniture.

Être hippocampe, c’est avoir le droit de vivre un truc de fou et de construire une relation privilégiée avec sa fille.

Être hippocampe, c’est avoir la chance d’être accompagné par une maman hippocampe qui a toujours un regard d’admiration pour vous et qui ne place pas votre virilité dans votre capacité à être un cador des réunions de travail, et qui accepte qu’en tant que père vous construisiez une relation particulière avec votre enfant.

  1. C’est quoi être hippocampe au quotidien ?

Une fois qu’on a dit tout ça, la vie quotidienne d’un hippocampe se rapproche de celle, habituellement non appréciée à sa juste valeur, de mère au foyer. Donc :

  • Gérer la vie de la maison (bon, pas très compliqué quand on a un seul enfant, en bas âge)

  • Gérer la logistique de bébé

  • Gérer les rendez-vous médecin (ah bon … ? … !)

  • S’occuper de bébé

  • Faire passer tous ses impératifs devant les nôtres

  • La faire manger

  • La faire jouer (le plus important finalement!!)

  • La regarder grandir

  • L’aider à s’endormir, même si c’est pas facile au début

  • Profiter de chaque instant comme s’il ne devait jamais passer

  • Faire des câlins, toujours, tout le temps, pour un oui ou pour un non.

  • Apprendre la patience face à l’incompréhension

  • S’étonner à chaque minute

  • Être fier de chaque progrès, et lui montrer

  • Lui apprendre l’échec, l’aider à tomber et à se relever

  • L’aider à découvrir son monde, qui s’agrandit tous les jours un peu plus

  • S’oublier et lâcher prise. On ne maîtrise finalement pas grand chose !

  • Garder une place pour maman hippocampe

  • Lui apprendre aussi la patience, avec douceur

  • Faire de son mieux, pour elle, tout le temps

  • Lui donner de l’Amour, cela paraît bête à dire, mais si on met de l’Amour dans toutes nos actions, généralement on prend les bonnes décisions

Enfin, un des plus grands enseignement de cette période de ma vie, est la déconnexion. Apprendre à laisser ses « to-do list », ses « fils d’actualité », ses « notifications » hors du champ. Apprendre à reporter à plus tard les choses qui sont moins importantes que donner du temps à ma fille. Et quand on y regarde de plus près, je n’ai encore rien trouvé de plus important dans ma vie quotidienne. Donc, quand je suis avec ma fille, c’est à dire quand je joue avec elle, quand je lui fais des câlins, quand elle me parle (avec son langage hein …), je laisse tout loin de moi, pas de téléphone, pas de mails, pas de notifications, pas d’écran. Je me consacre à elle entièrement !

Ce sont les meilleurs moments de la journée. Et cela me transforme en hippocampe HEUREUX ! »

Laisser un commentaire