Du temps pour soi

Un bébé ça change la vie, c’est vrai. Même quand on a un mini nous super calme, on a quand même moins de temps pour soi. Et quand on travaille près de 10 heures par jour, une fois rentrée à la maison, on profite de bébé, on mange, on dort. Les week ends sont dédiés à mini nous (et aussi au linge en retard, à passer une serpillère, faire des petits pots, du rangement…) Et du coup, on finit par s’oublier un peu. Beaucoup.

—> la déchéance capillaire de la mère.

Si comme moi vous avez des cheveux façon Mickael Jackson avant sa transformation, vous comprendrez de quoi je parle. Avant bébé, j’avais pris mes petites habitudes : rendez-vous réguliers chez ma coiffeuse adorée, de quoi être à peu près sûre d’arriver à me coiffer normalement, à passer un peigne dans ma tignasse sans m’arracher un cri en tout cas. Quand j’ai repris le boulot, j’ai eu tellement peu de temps que… mes cheveux n’ont pas croisé de peigne pendant plusieurs semaines… Bon je les ai quand même lavés hein faut pas pousser. Mais le jour où j’ai enfin pris le temps de les démêler… aaaiiiieee

—> Vernis ? Qu’est ce que c’est ?

Ceux qui me connaissent le savent, je suis du genre à changer de couleur de vernis tous les deux jours, à mettre du vernis normal, du gel, faire des petits motifs… Du moins j’étais de ce genre. Bébé arrivé, le travail repris, j’ai passé quelques semaines avec un vernis écaillé, voir pas de vernis. Détail me direz vous, mais parfois une petite manucure c’est le moyen de se sentir féminine, de prendre un moment pour soi.

Bref, après un temps d’adaptation, j’ai fini par m’organiser et reprendre mes petites habitudes. Du moins, autant que possible. Prendre le temps de me coiffer, me faire les ongles, un gommage…

Et plaisir ultime, je suis allée me faire masser. Un cadeau d’anniversaire que j’ai particulièrement apprécié. Sortie de là, je flottais littéralement, libérée de toutes tensions, le pas léger telle une hippie sur son nuage de fumée.

L’autre soir, Super papa et moi on est même sortis ! Bon on est rentrés à minuit, on étaient épuisés, notre lit nous manquait. Mais, c’était quand même sympa.

Assurer au travail, à la maison, en tant que mère/père, en tant que femme/homme… On ne se rend pas compte du poids que l’on porte quelques fois. Prendre du temps pour soi, ce n’est pas simple, mais pourtant nécessaire. Aller, prenez votre journée, filez bébé à papa, papy, mamie, tatie ou juste, profitez d’une sieste de bébé et prenez un (petit) moment pour vous.

Source image à la une : pixabay.com

Laisser un commentaire