Cours de préparation à l’accouchement : quand et pourquoi ?

-LES EXPERTS –

Vous êtes enceinte. C’est le premier. Il vous semble que vous avez mille rendez-vous
et 10 000 choses à faire. Et parmi elles : vous inscrire à un cours de préparation à l’accouchement. Mais qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?
Réponses avec Laure Tomé, sage-femme.

En quoi consistent les cours de préparation à l’accouchement ? A quoi servent-ils ?
« En Polynésie, nous avons la chance d’avoir 8 cours de préparation à la naissance qui sont offert par la CPS (Caisse de prévoyance sociale, NDLR) aux patientes. Pour pouvoir bénéficier de ces cours, nul besoin d’ordonnance médicale. Chaque femme enceinte peut se rapprocher de la sage-femme libérale qui habite le plus près de chez elle pour lui demander de pouvoir assister aux cours de préparation à la naissance.
Dans ces 8 cours, on explique le déroulement de la grossesse, le développement du bébé, pourquoi on fait tel et tel examen complémentaire durant la grossesse, les signes de départ à la maternité, comment se déroule le travail qui précède la naissance en elle-même, comment se déroule l’accouchement… En général, on montre une vidéo qui présente plusieurs façons d’accoucher, également la césarienne, la péridurale.
Certaines sage-femmes proposent des cours de yoga, de sophrologie, ou de piscine.
Ensuite il y a un cours sur les suites de couches, la rééducation du périnée, un cours sur les soins de puériculture, comment bien s’occuper de son bébé, etc. »

 

>> Pour trouver une sage-femme près de chez vous, consultez le site de la CPS. Cliquez ICI  <<


A partir de combien de mois de grossesse est-il recommandé de débuter les cours ? Pourquoi ?
« On peut prendre le premier cours de préparation à la naissance vers 4 mois de grossesse, là où les plus gros risques de fausse couche sont écartés, déjà pour se faire expliquer un peu le déroulement de la grossesse, des séances, tout ça, et faire connaissance surtout avec une sage-femme qui peut devenir une personne référante. Selon où on est suivi, avoir peut-être un peu plus de temps d’écoute que chez le gynéco.
On peut aussi avoir un suivi fait par la sage femme de A jusqu’à Z, des consultations, échographies, cours de préparation à la naissance, visites post-natales, et aussi la rééducation du périnée avec la même personne. Ça c’est possible aussi. » 

 

Source image à la une : pixabay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.