« Un peu plus, et il y passait »…

-VOS HISTOIRES-

Heitiare a souhaité partagé son histoire sur le blog pour lancer un message aux parents : ayez confiance en votre instinct. C’est la gorge nouée qu’elle raconte ce qui est arrivé à son fils. Les prénoms ont été modifiés à sa demande.

Un samedi, le bébé de 2 mois se réveille malade : diarrhée, fièvre… Il a les symptômes d’une gastro-entérite. Le lundi, Heitiare l’emmène chez son pédiatre. Il lui diagnostique un léger virus, rien de grave.

Le mercredi, la fièvre est toujours là. Heitiare surveille son fils toute la nuit. A 5 heures le jeudi, elle se décide à aller à l’hôpital. On lui assure qu’elle pourra voir un pédiatre. Après 1h30 d’attente, c’est finalement un médecin urgentiste qui arrive. Il estime que Teva n’a rien de grave et que sa maman ne l’a pas assez mouché. Il lui demande même de le moucher devant lui pour qu’il vérifie qu’elle s’y prend bien. « Il me faisait sentir que j’étais paranoïaque, raconte Heitiare. Il banalisait tout ce que je disais ». Le médecin appelle le pédiatre de l’enfant et estime qu’il n’y a « cliniquement rien de grave ». Il renvoie Heitiare et Teva chez eux en prescrivant du Doliprane.

Vendredi, le bébé de 2 mois est toujours mal en point. Sa mère retourne chez le pédiatre. Le médecin se rend alors compte de la gravité du cas du petit et appelle l’hôpital. Teva est pris en charge en urgence en pédiatrie, placé sous oxygène puis transféré en réanimation.

Un chef de service interpelle la maman : « Mais enfin, pourquoi l’avoir amené si tard ! Un peu plus et il y passait ! » Heitiare explique alors qu’elle a vu un médecin urgentiste. Ce à quoi on lui répond « tu as été trop gentille. Il fallait insister ».

Teva a dû subir de nombreux examens, être intubé… Il a été 1 semaine dans le coma. On lui a finalement diagnostiqué un staphylocoque doré sur le poumon droit.

Aujourd’hui, après un mois à l’hôpital de Taaone, le bébé va mieux. Mais ses parents ont déposé une réclamation. Pour Heitiare, l’attitude du médecin urgentiste est intolérable. Elle estime que les parents doivent pouvoir faire confiance au personnel hospitalier et elle espère que ce genre de situation ne se reproduira pas…

Source image à la une : Pixabay

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.