Vol raté, poussette perdue… Ta mère en voyage

Oui je sais. Je vous avais dit que je raconterai notre voyage de retour (Métropole-Tahiti) dans le même article que l’aller. M’enfin là… j’ai pas mal de choses à vous dire. Juste pour partager. Pour vous faire rire peut-être.

Nous avons quitté Montpellier un jeudi, pensant retrouver notre fenua cheri le vendredi. Mais mais mais… une grève des contrôleurs aériens a retardé notre vol vers Paris. D’abord d’une demi heure, puis de 2 heures.

Nous ne pouvions embarquer avec la poussette et l’avons donc confiée à la compagnie. Pensant qu’elle irait en soute avec nos autres bagages. C’est donc sans poussette que nous avons fait le reste du voyage.

A l’arrivée à Paris, on se jette dehors, on cours à en perdre le souffle, Mini nous au bras, ventoline dans une main, sac à main dans l’autre. Mais c’est trop tard. L’avion pour Papeete via Los Angeles est parti sans nous. En légère avance même. Un comble.

Rendez-vous au comptoir de la compagnie. Ce n’est pas un article en partenariat et d’ailleurs on aurait bien des choses à leur dire, mais il faut souligner la gentillesse et la réactivité du personnel d’Air France. Nous voilà donc avec un bon pour manger et un autre pour dormir à l’hôtel.

Impossible de récupérer nos bagages. Direction la pharmacie de l’aéroport pour faire le plein de couches et de lait, acheter des brosses à dents et du dentifrice.

Après un bref repas à l’aéroport, on rejoint l’hôtel en navette gratuite.

Ah l’hôtel… On s’attendait à une chambre miteuse, tout juste propre. Et on a eu un Nomad. Là encore pas de partenariat mais il fallait que je vous en parle. Un hôtel eco friendly qui recupere l’eau de pluie pour les WC, où le babyfoot et la table de ping pong sont en carton recyclé, la chambre se contrôle par tablette numerique, la consommation d’eau est régulée et l’éclairage maîtrisé. Un total coup de coeur et une bonne nuit passée, bien que très courte.

Le lendemain, inutile de vous dire que nous étions bien en avance à la porte d’embarquement. Sur ce tronçon, comme à l’aller, le plat enfant de mini nous a été oublié… L’équipage a heureusement été très sympathique avec nous, la bouille d’ange de notre chérubin aidant certainement. 😬 Des plats adultes lui ont été réservés, des petits jouets et des biscuits en plus lui ont été donnés.

Très (trop) confiante pour ce vol, je n’avais pas prévu de vêtements de rechange pour bébé. Et la cacatastrophe est arrivée. Avez-vous déjà dû nettoyer entièrement votre enfant dans des wc d’avion ? Je ne vous le souhaite pas. Merci les serviettes « rafraichissantes » distribuées par l’équipage.

Résultat : un bebe en couche et enroulé dans une couverture d’avion. Même habillé comme ça, il a réussi à séduire les douanières de Los Angeles. 😅

Los Angeles justement. 10 heures d’attente pour un nouveau vol. Et… pas de poussette ! Surprise 🎉 « Votre poussette est sur la liste des bagages manquants ». C’est ce qu’un agent de l’aéroport a dit à Super papa très énervé, cherchant désespérément la poussette salvatrice. C’est que Mini nous n’est plus vraiment une Cacahuète comme au début. Il fait un bon 14kg le bougre. Vous me direz : « Ça fait les muscles ». Ces vacances auront été sportives…

Nous voilà donc partis dans l’immense aéroport de LAX, bébé au bras (RIP mon dos), et fatigue imprimée sur le visage. Et hop, c’est parti pour… 10 heures d’attente avant notre vol de 7h30 vers Papeete…

Mini nous a dormi allongé sur une banquette de l’aéroport la majeure partie du temps. Nous, on a eu l’occasion de profiter du Wifi et de réaliser, en relevant la tête tous les quarts d’heure, que l’aéroport de LAX est très fréquenté, même en période creuse. J’ai lu, et on a fait du leche vitrine devant les boutiques immenses du duty free. Celles qui vous donnent envie de dépenser l’argent que vous n’avez pas. Vous voyez ? On n’a pas cédé. Et à dire vrai, la seule chose qu’on aurait aimé acheter, c’est un pantalon pour notre bébé presque nu dans l’aéroport. Mais entre Channel, Boss, et une boutiUe « relay » pas moyen d’en trouver.

Dernière ligne droite : l’heure approche. On cherche la porte d’embarquement pour rentrer chez nous. On se retrouve dans un Terminal paumé, on est d’abord seuls, luttant pour ne pas dormir, puis c’est rapidement le souk. Une foule s’agglutine au comptoir d’enregistrement. Le personnel est visiblement débordé et désorganisé. On nous fait changer de file plusieurs fois. Mini nous est HS et moi j’ai presque envie de pleurer tellement j’ai mal au dos.

Une éternité plus tard, on est enfin dans l’avion. Nouveau code share : nous sommes sur Air Tahiti nui. Je me dis que cette fois Mini nous aura un repas. Eh bien non. Pas de plat enfant… Mais l’équipage est adorable et trouve rapidement une solution.

Arrivée à Tahiti : nous espérons toujours retrouver notre poussette. Comme on est naïfs ! Toujours pas de trace du carrosse de notre petit prince. Et une de nos valise a été endommagée. C’est la cerise sur le gâteau : direction le comptoir de réclamation.

Ce n’est qu’en retrouvant notre maison qu’on a enfin soufflé. Ça y est c’est terminé. Ta mère en vacances, la prochaine fois ce sera dans le transat face au lagon !

Photos Ta mère la blogueuse

Publicités

2 commentaires sur « Vol raté, poussette perdue… Ta mère en voyage »

  1. Ah, ah ! Ça fait rêver ce retour de vacances… On va bientôt expérimenter un voyage en métropole avec mini nous (23 mois) avec French Bee, un stop à l’aller et au retour à San Francisco, logement Air n B… J’espère qu’on aura pas de surprise. Avez-vous récupéré votre poussette ? Merci pour ce partage d’expérience. Lauren

    1. Oui finalement ! Une semaine après notre retour à Tahiti, la poussette était de retour. On ne sait pas quel a été son périple mais elle est entière 😅

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.