Flash back 10 : hop, dehors !

Un an déjà. Ce vendredi ma Cacahuète, mon bébé, mon amour fête son premier anniversaire. Déjà !
Pendant plusieurs semaines, j’ai partagé avec vous des textes écris pendant ma grossesse? Voici le dernier épisode :
-FLASH BACK 10-
> En avance

Enfin mon arrêt se termine pour laisser place à mon congé maternité. Je vais pouvoir sortir librement pour faire des achats pour bébé, pour la baby shower qui doit avoir lieu le week-end même. aller à mes rendez-vous… 
Lundi et mardi on partage donc notre temps entre sieste, magasins et rendez-vous médicaux.

Et puis vient mercredi. J’ai une petite contraction mais ça tombe bien, j’ai rendez-vous chez mon gyneco. “Tout va bien, le col est fermé, bébé est bien haut. Il n’est pas prêt de sortir”, m’assure-t-il. Bon ok, tant mieux parce que je m’inquiétait de perdre un peu du bouchon muqueux (pour celles pas encore maman qui se demanderaient “kesako”, je vous laisse le soin de consulter l’ami Google). Mais bon, bref, tout va bien.

On rentre à la maison et mon début d’après-midi, je le passe à dormir. Une sieste interrompue par une contraction. Bon. Mon homme part travailler. J’ai une autre contraction, puis une autre. Je me dis que ça ne peut être qu’un “exercice”. Mon corps s’entraîne. Ce n’est pas le moment.

Mais mon mari rentre et j’ai toujours mal. J’ai tout essayé : respirer, faire des exercices sur mon ballon… Je me décide à contacter ma sage femme qui conseille du Spasfon et une douche chaude. Ahhh ça soulage. Mais quand même. Je demande au futur papa de monter le berceau, au cas où… Il entreprend aussi de compter le temps entre chacune de mes contractions. J’arrive à dormir 2 h et les contractions reprennent plus vives. Plus proches. Je vais à la douche. Pas d’effet, ou quasiment pas. Je me décide à réveiller le futur papa. “Hein quoi, qu’est ce qui se passe ? Il faut partir ?” Non on attend encore un peu. Je n’ai pas envie de crier au loup pour rien. Il me masse, me fait des points de compression…

Bon ok, rien ne fonctionne. On y va. On prépare un sac à la va vite et hop direction l’hôpital. La route est barrée, mon homme peste, je garde mon calme, je respire. On trouve l’entrée des urgences maternité un peu par hasard. Une sage femme m’ausculte. “Bon tu vas accoucher” dit elle avec la grimace “C’est un peu tôt”. D’autant que je n’ai encore rencontré personne de l’hôpital. Mon rendez-vous avec l’anesthésiste était prévu la semaine suivante. Hop hop sans plus tarder on m’installe en salle d’accouchement. Le futur papa entre, encore bouche bée. On me fait une analyse de sang pour la péridurale. Je suis déjà à 5cm… pourvu que les résultats arrivent à temps.
5h du matin : ouf l’anesthésiste arrive. « Je n’ai dormi qu’une heure » souffle-t-il à sa collègue sage-femme. Bon on ne panique pas. Tout se passe bien. Je bénis l’inventeur de la péridurale. L’équipe de nuit laisse place à celle de jour. De nombreuses personnes défilent dans la chambre. Une nouvelle sage femme vient me voir. Elle décide de laisser faire mes contractions. Rapidement je me retrouve à 10cm. “On va percer la poche. Ensuite il devrait descendre d’ici 2h.”

Lire la suite de « Flash back 10 : hop, dehors ! »

Apprendre à cuisinier équilibré pour bébé

-LES EXPERTS –

On ne rigole pas avec le ma’a (nourriture). Vous le savez si vous me suivez, je mets un point d’honneur à préparer les repas de mini nous. J’ai même tenté de faire pousser des légumes dans notre jardin. Je ne suis pas une dictatrice de l’assiette mais tant que je le peux, je veux faire attention à ce que mon fils mange.

En Polynésie, selon les chiffres de la direction de la Santé, 70% de la population adulte est en surpoids dont 40% au stade d’obésité. Mais les enfants ne sont pas épargnés. Une enquête réalisée sur les 7-9 ans montre une prévalence de 36% de surpoids dont 16% en obésité…

Pour lutter contre ce fléau, le Centre de consultations spécialisées en protection maternelle et infantile (CCSPMI) met en place des ateliers kaikai pour apprendre aux parents à cuisiner sain, équilibré, avec des produits locaux et à moindre coût pour les enfants.

Un atelier aura lieu ce jeudi au Centre de la mère et de l’enfant à Pirae à partir de 9h. Il s’adresse aux parents d’enfants à partir de 4 mois. D’autres ateliers sont prévus dans les maisons de quartier, à Faa’a mais aussi à Papara et Mataiea.

Pour plus d’infos, contactez le CCSPMI au 40.47.33.10

Source image à la une : pixabay

Flash back 9 : mille et une questions d’une future maman

Ma Cacahuète fêtera bientôt son premier anniversaire. Déjà ! Alors pour l’occasion, j’ai décidé de partager avec vous les quelques textes écris pendant ma grossesse. Voici le 9e épisode…

-FLASH BACK 9-

> Pour l’avenir

Etre enceinte c’est aussi se demander dans quel monde va naître notre enfant. Je ne parle pas de réchauffement climatique ou de politique. Je parle des personnes qui compteront pour lui, de ses futurs amis, de la famille. Est ce qu’on saura être là pour lui ? L’aider quand ça n’ira pas ? Est ce que, parce qu’on a vécu certaines choses, on saura comment aider nos enfants à mieux les vivre à leur tour ?

Oh bien sûr tout comme personne n’est parfait, il n’y a pas de parent idéal. Et au fond, je n’avais pas vraiment de doute sur le fait que nous ferions au mieux pour mini nous. Pas encore né, il était déjà très aimé. Et c’est ce qui compte non ?

Mais j’imagine que toutes les futures maman se posent des questions. Souvent elles doivent se tourner vers leur mère pour savoir si elles ont connu les mêmes tourments à leur époque, comment elles ont vécu l’arrivée du premier enfant, ce qu’elles ont ressenti quand elles étaient enceintes. Moi je ne pouvais pas. Mais passons. J’en étais sûre : ça ne m’empêcherai pas d’être une bonne mère.

> « Tiens, mon ventre est carré. Mais qu’est-ce qu’il fait ?! »

Je n’ai pas que des amies déjà mamans. Et celles qui ne sont pas encore passées par là me demandaient souvent ce que ça faisait d’être enceinte : “c’est pas trop lourd ?” “Qu’est ce que ça fait de le sentir bouger ?” “Ça va tu te sens pas gonflée ?”

Etre enceinte c’est un peu perdre le contrôle de son corps. Je ne sais pas pour les autres mais notre bébé bougeait quand il voulait, se mettait parfois dans des positions étranges (tiens mon ventre est carré… mais qu’est ce qu’il fait ?!), et bien sûr donnait de grands coups, souvent là où il ne faut pas (en direction de la vessie, en plein dans les côtes ou de manière à vous couper la respiration, façon boxeur).

J’avais la chance de ne pas avoir à courir trop souvent aux toilettes dans la journée. En fait Cacahuète préférait attendre la nuit pour appuyer sur ma vessie… Me lever plusieurs fois était devenu presque un automatisme. Hop on roule sur le côté pour se lever, on se dirige vers les WC façon zombie et on essaie de revenir dans son lit sans se cogner et sans trop se réveiller histoire d’arriver à se rendormir.

Etre enceinte c’est abandonner toute activité tendant à devoir se plier en deux. Je parle par exemple de se raser. Et n’imaginez même pas vous faire une épilation du maillot. D’ailleurs cette partie là de votre corps aura disparue du paysage au 7e mois. À moins de vous placer devant un miroir. Enfin laissez tomber. 

Et puis si vous espérez continuer jusqu’à la fin à porter ces sandales à boucle, vous aurez besoin d’aide pour les mettre. Vous n’êtes pas une assistée ? Vous détestez demander de l’aide ? Soit vous vous résignez, soit vous sortez en savates.

Ah et si certains ont la forme au 2e trimestre (ça n’a pas été mon cas), au 3e ne vous attendez pas à faire de grandes choses. Vous aurez envie de tout préparer pour bébé, de faire du grand ménage, courir dans tel ou tel magasin spécialisé… mais à moins que vous ayez beaucoup de chance, l’appel de votre lit sera souvent le plus fort.

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite 😘
Crédit image à la une : Laura Benvenuti

Plage, piscine avec bébé : quelques conseils

-LES EXPERTS-

Le soleil est de retour, il fait chaud (je vous rappelle que je vie en Polynésie pour ceux qui se demandent ce qui me prend de parler de soleil en ce moment), et on aimerait bien emmener mini nous à la plage ou à la piscine.

Mais à partir de quel âge nos petits bouts peuvent-ils faire trempette ? Comment les protéger du soleil ? Le docteur Marianne Besnard, pédiatre au Centre hospitalier de la Polynésie, nous donne quelques pistes.

La plage, à partir de quel âge ?

Pour un bain complet, le docteur Besnard recommande d’attendre les 6 mois. « A 6 mois, il a reçu déjà 2 doses d’hexavalent , ce qui lui assure une protection vaccinale à 90%. »

Mais si vous voulez emmener bébé à la plage avant cet âge, c’est possible : « Avant 6 mois, on peut lui tremper les pieds, mais pas une baignade complète car il risque de se refroidir et aussi de boire la tasse. »

Bien protéger mini vous du soleil

La peau des bébés est fragile. Ne l’exposez pas sans protection. Le docteur Besnard conseille : « maillot lycra, chapeau, crème solaire pour bébé anti UVA et B, indice minimal de protection 30, à 50+ pour les peaux claires, avec filtres minéraux de préférence. A renouveler toutes les 2h (mais il vaut mieux ne pas l’exposer plus de 2h !). Bien insister sur le nez, le menton, le cou et derrière les oreilles. » N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

Les lunettes de soleil pour bébé, on en pense quoi ?

« Oui pour les lunettes de soleil, de bonne qualité filtrant les UVA et B (UV400 ou 100% UV protection, avec la marque CE), mais pas sûr qu’il les garde toujours sur le nez ! Sauf s’il y a beaucoup de soleil, il sera ébloui sans et les préfèrera. »

Attention aux heures d’exposition

La pédiatre recommande de « préférer les horaires où le soleil baisse, après 16 heures en s’assurant que l’eau est encore chaude ou tiède. »

Et la piscine ?

« La piscine est sans doute plus aseptique que la mer, mais parfois plus fraîche, elle n’a pas de courant ni de vagues qui l’éclaboussent et qui peuvent lui piquer les yeux. Mais le chlore peut aussi être irritant. »
Mais attention, le docteur Besnard averti : à la plage comme à la piscine « il faut se méfier de la réverbération (eau et sable) qui lui brûlera la peau, du vent qui le rafraîchira et des nuages qui rassurent faussement de l’ensoleillement. »

Bien s’hydrater

Avec la chaleur, on peut vite se déshydrater : « pensez à lui proposer souvent à boire de l’eau. »

En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Source image à la une : pixabay

Flash back 8 : congé mat’

Ma Cacahuète fêtera bientôt son premier anniversaire. Déjà ! Alors pour l’occasion, j’ai décidé de partager avec vous les quelques textes écris pendant ma grossesse. Voici le 8e épisode…

-FLASH BACK 8-

> Stop

 

Voilà. J’ai dit “stop”. Deux semaines avant la date officielle de début de mon congé maternité, j’ai décidé d’arrêter les frais. J’étais fatiguée, agacée, et surtout le corps ne suivait plus : je faisais baisse de tension sur baisse de tension.

Alors oui, prendre du recul allait être difficile. En deux jours, j’avais envoyé au moins 4 messages à la rédaction…

Mais c’était tellement bon d’être chez soi. Pouvoir sentir les coups de bébé. Et s’occuper de tout ce qu’on rêvait de faire sans jamais en avoir le temps : remettre en état la maison ( avec de l’aide bien sûr), envoyer des photos de bébé, préparer la babyshower… Prendre le temps, ne pas se sentir oppressé.

Oh bien sûr il y a toujours des gens pour nous stresser, nous demander si on a pensé à ceci ou cela, nous dire qu’on a oublié telle ou telle chose… « Tu as pensé au biberon ? A la baignoire ? Aux produits que tu vas utiliser ? Tu t’es renseignée sur ceci, cela… ? Tu te prépares à l’accouchement ? Non non je ne fais rien et j’attends que ça se passe… Enfin bon à la maison on peut au moins choisir de s’isoler. Ne voir personne, ou pas grand monde. Le plus difficile à notre époque : ignorer les messages et commentaires sur les réseaux sociaux.

Je pense vraiment que les congés maternité devraient débuter plus tôt. On devrait obliger les mères à prendre plus de repos au moment où elles le peuvent encore. A 7 mois passés, dormir ou même rester allongée était devenu difficile. Entre mon bassin, mon mal de dos, mes chutes de tension. Le repos n’était pas toujours au rendez-vous malgré le cadeau avisé d’une amie : un coussin de grossesse.

> L’enfer c’est les autres

Quand on entend certains hommes parler des femmes enceintes, on se rend bien compte qu’ils ne réalisent pas. Et qu’une évolution n’est pas pour demain.

Certains, déjà papa. vous bichonnent, mais la plupart vous regardent de travers, se demandent pourquoi vous grimacez, soufflez par moment, et surtout c’est énervant, vous jugent du regard aux caisses prioritaires dans les magasins. 
Une amie proposait de leur faire porter un sac avec l’équivalent du poids d’un bebe non stop sur le ventre. Bonne idée. On rigolerait…

Même si j’espérai secrètement que bébé serait parfait et ferait ses nuits, je savais bien qu’une fois bébé parmi nous, dormir ne serait pas vraiment l’essentiel de mes journées.

Je profitai donc de chaque moment. Même si j’avais mal partout, mon avis n’avait pas changé : j’appréciai de le sentir bouger dans mon ventre. J’espérai qu’il prenne son temps…

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite 😘

Crédit image à la une : Ta mère la blogueuse

Testés et adoptés : les produits Corine de Farme pour bébé

Vous le savez si vous suivez mon blog, notre Cacahuète est resté un mois en service de neo nat à sa naissance. Après ça, plus moyen de sentir l’odeur des produits utilisés pour le laver à l’hôpital.  De retour à la maison, j’ai voulu autre chose pour ses soins. J’ai un peu tout essayé : du liniment vendu en grandes surfaces aux lingettes en passant par le savon de Marseille dur et liquide…

Lire la suite de « Testés et adoptés : les produits Corine de Farme pour bébé »

Flash back 7 : Reste au chaud mon bébé

Ma Cacahuète fêtera bientôt son premier anniversaire. Déjà ! Alors pour l’occasion, j’ai décidé de partager avec vous les quelques textes écris pendant ma grossesse. Voici le 7e épisode…

-FLASH BACK 7-

> On ferme les yeux et on respire…

Lire la suite de « Flash back 7 : Reste au chaud mon bébé »

Flash back 6 : Babymoon !

Ma Cacahuète fêtera bientôt son premier anniversaire. Déjà ! Alors pour l’occasion, j’ai décidé de partager avec vous les quelques textes écris pendant ma grossesse. Voici le 6e épisode…

-FLASH BACK 6-

> “Tu restes au lit !”

La soirée de Saint-Valentin se passe bien. On dîne dans un restaurant au bord de l’eau. L’odeur de la mer me donne envie de vacances. Vite, vite, Bora Bora ! 

Je réfléchis toute la soirée. Tôt le lendemain, on va voir notre généraliste. Je veux lui parler de ce qui s’est passé. Elle trouve mes malaises étranges. Ce que je lui décris ressemble à un malaise vagal.
Mais ma tension est bonne, globalement ma grossesse se passe bien. Pas de stress hormis au bureau. Je ne fais pas de diabète… J’avais pris mon petit déjeuner les deux fois. Et la chaleur n’y est pour rien puisque la seconde fois, j’étais au frais dans la voiture.

Elle confirme ce que je pensais, me dit que j’ai dû trop forcer. Qu’il faut que je me repose. Que c’est un appel de mon corps à ralentir. Si cela recommence, je devrais faire des analyses. Elle me prescrit des vitamines prénatales. 

Je suis arrêtée avant mes vacances. “Et tu ne fais rien ! Tu restes au lit”. J’obéis. Mon après-midi je le passe allongée. Je décide tout de même de me lever le soir pour préparer le repas. J’ai mal au ventre. Sûrement une contraction. Je suis fatiguée. Je dois faire des pauses. Je tourne au ralenti.

 

> Parenthèse « babymoon »

J’ai repris deux jours le travail. Deux journées bien remplies mais qui m’ont parues une éternité. Je n’attendais qu’une chose : qu’on s’envole pour Bora Bora. Et puis le jour J est enfin arrivé.

Quand on voyage enceinte, on se dit toujours qu’on va nous laisser passer dans les files d’attente, nous bichonner… c’était sans compter sur des touristes tous plus excités les uns que les autres, n’hésitant pas à se bousculer, et l’absence d’appel pour les passagers prioritaires. Mais enfin, passée la contrariété, être dans l’avion c’est déjà les vacances. Et quand la perle du Pacifique se dessine depuis les airs, sous un ciel bleu parfait… c’est le paradis.

Tout le séjour a été comme une grande respiration, un grand bol d’air. Au revoir stress du boulot ( même si ok, j’ai répondu à quelques mails et sms, et posté deux ou trois choses…), au revoir préoccupations du quotidien, conseils et remarques “avisés” sur la grossesse. On a pris le temps de parler à notre enfant, de prendre des photos de mon ventre, de sentir les petits coups de notre fils, de penser à lui. Et à l’hôtel comme pour les excursions, tout le monde a été aux petits soins.

La tendance du “babymoon” qui consiste à prendre des vacances en amoureux avant l’arrivée de bébé, moi, j’adhère ! Bon nous ne sommes partis que 3 jours mais on ne peut s’empêcher de se dire qu’on a une chance inouïe de vivre ici, en Polynésie. Sans faire un long trajet, on s’est retrouvés dans une île de rêve, bungalow sur la plage et grand soleil… Ah on aurait aimé que ça dure encore. J’avoue dans l’avion au retour, j’ai pleuré.

Lire la suite de « Flash back 6 : Babymoon ! »

J’ai testé : les couches Helen Harper

Avoir un bébé, c’est merveilleux, tout ça tout ça… Mais c’est pas donné niveau couches, et certaines peuvent donner des irritations à bébé. Parfois même, ça déborde, ahhh !

Je viens de changer de marque et j’avais envie de partager ça car j’ai découvert Helen Harper, et c’est parfait ! On ne sait jamais, ça pourrait vous aider (sauver…).

Je viens de tester les couches de la marque. Même moi j’aurai envie de les porter (quoi ?). Elles sont douces, bien rembourrées et c’est hyper facile de trouver la taille qui convient à bébé (en même temps, y’a pas vraiment de raison de se tromper puisqu’il y a des indications de poids sur l’emballage).
Il pourra bien gigoter dans tous les sens… Pas de débordement. Et pas d’allergie ou d’irritation non plus.

J’ai fait le tour des avis internet (pour voir si les autres mamans étaient aussi enthousiastes) et je n’ai vu que du positif.

Côté tarifs, la marque est l’une des moins chères au fenua de ce que j’ai vu. Les prix démarrent à 645 Fcfp pour un paquet de 24 couches en taille 1 (2 à 5 kg).

-Article en partenariat  –

Crédit photo : Ta mère la blogueuse