Parents, enfants : comment vivre au mieux le confinement

-LES EXPERTS-

Pas facile d’être en confinement, bloqué chez soi. Et parfois, même si on aime fort son conjoint, ses enfants, l’expérience peut s’avérer difficile. Pour vivre au mieux cette période, les conseils de Nathalie Colin-Fagotin, psychologue, à l’origine de Familipsy :

> Quel impact psychologique du confinement pour les enfants ?

« Selon les chercheurs, les autorités de santé doivent avoir une vue claire sur les conséquences possibles de la quarantaine pour en faire un usage raisonné et tenant compte des aspects psychologiques. Pour ce faire, des scientifiques ont passé au crible 24 études scientifiques, réalisées dans 11 pays depuis 2003, sur l’impact psychologique de la quarantaine chez plusieurs milliers d’individus lors d’épidémies de Sras, Mers, de grippe H1N1 et d’Ebola.
Ces conclusions sont valables également pour l’épidémie de Covid-19. Les conséquences psychologiques les plus fréquentes (pour les enfants mais aussi pour les plus grands, NDLR) sont : symptômes de stress post-traumatique, anxiété, dépression, irritabilité, confusion, peur, colère, abus de médicaments ou de drogues, insomnie, stigmatisation. »

> Quels conseils donner aux parents en cette période ?

« Les changements liés aux mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire actuelle sont générateurs de confusions : on s’ennuie, on se sent « perdu »… Les plaintes caractéristiques de cette confusion chez les enfants vont se traduire par une impression de dispersement, d’agitation, l’ennui, la difficulté à démarrer une activité, etc. Cette perte de repères est génératrice aussi de tensions : les enfants ont faim, ils peuvent s’impatienter, ils ont besoin de bouger, ils ne sont pas forcément enclin à faire leurs devoirs, le temps leur parait trop long (pour le travail scolaire) ou trop court (pour le temps écran)… Bref, chacun exprime ses contrariétés qui peuvent envenimer rapidement les relations si elles ne sont pas anticipées…

Mon conseil : Retrouvez des repères et si besoin, créez-en ! Gardez des repères durant votre journée : le petit-déjeuner en famille, le temps du repos, l’heure des devoirs. Suivant l’âge des enfants, ils pourront mieux se repérer dans la journée s’ils ont des heures précises qui la ponctuent. Les plus jeunes auront besoin de ces repères non seulement pour se sentir rassurés, et encadrés dans ce temps de confusion, mais de plus, pour prendre de nouvelles habitudes qui faciliteront le quotidien. En outre, en fixant des repères et des temps dédiés dans la journée, vous limiterez les conflits dans la famille et les comportements opposants ; source de tensions qui peuvent prendre de l’ampleur en espace confiné. »

Comment expliquer la situation aux enfants ?

« Il est important de parler avec les enfants dans la mesure où ils posent des questions. Séparer la réalité de l’imaginaire va aussi être important pour rassurer et expliquer.
Voici quelques repères pour aborder le sujet en famille : La peur est normale et saine. Ecoutez d’abord les préoccupations de vos enfants avant d’y répondre. Suivant l’âge de votre enfant, ce qu’il aura entendu et vu… et compris, ses questions, ses inquiétudes seront différentes. D’ailleurs, il ne les exprimera pas directement la plupart du temps. Ses angoisses se traduiront par des cauchemars, du stress, de l’agitation… La situation est inquiétante pour tout le monde mais pour les enfants qui ont une imagination débordante et ont tendance à entremêler réalité et imaginaire, la situation peut vite devenir dramatique…
Et pourtant, la peur est saine et normale, car elle participe à mettre en place des stratégies pour se défendre et se protéger des différentes menaces qui nous guettent. L’enfant de moins de 6 ans va connaitre d’ailleurs plusieurs peurs irraisonnées (la peut du noir, des monstres…) qui l’aideront à appréhender peu à peu ses angoisses et développer des moyens de protection, avec l’aide de ses parents. Dans le cas présent, apprendre à se protéger, c’est utiliser les « gestes barrières » pour éviter au virus de se propager par exemple. »

Publicités

Télétravail : ma semaine de maman confinée

Hello les parents ! Je suis très absente du blog ces derniers temps mais durant cette période exceptionnelle que nous traversons, je ne pouvais pas ne pas reprendre la plume (enfin, le clavier).

Le confinement a été prolongé et en Polynésie certains devront bientôt faire l’école à la maison en plus du télétravail parfois. Force et courage à vous parents/salariés/instit’ improvisés. Mini moi ne va pas encore à l’école. Ouf.

Ma semaine avec bébé n’a pas pour autant été de tout repos. Grosse pensée aux parents solo en cette période. J’ai depuis plusieurs mois mon fils une semaine sur deux. Et ma semaine donc, j’ai dû alterner entre mon travail à distance et mini moi. Si c’est beaucoup d’amour et un réel plaisir de voir mon fils toute la journée, c’est aussi… très sportif de travailler en même temps. Mais avec un peu d’organisation, de la patience et du lâcher-prise (et ok, ça aide, un enfant plutôt coopératif), on s’en sort ! Petit topo de ma journée type, si cela peut aider quelques parents solos d’enfants en bas âge.

Matin
-Petit déjeuner
-petit tour à vélo dans le jardin (ou dans votre rue ou résidence si vous êtes en appartement, vous avez le droit de sortir près de chez vous pour 1 h). J’essaie aussi de le faire courir histoire qu’il se dépense. Vous pouvez choisir de jouer au ballon par exemple.

-baignade et jeux d’eau dans un bac ou une petite piscine (il fait très chaud en ce moment !)
-Petite séance comptines (Les Titounis sur YouTube ou d’autres chaînes du genre… c’est interactif et ça évite de mettre votre enfant devant n’importe quel programme TV. Attention tout de même à ne pas le laisser trop longtemps devant un écran. Pour les plus grands, les chaînes de télévision diffusent des programmes éducatifs)
– Jeux de construction (lego, blocko…)

En général, je sors mon ordinateur et commence à travailler au moment des comptines. Comptines + jeux de construction : vous devriez être tranquilles un moment en allant voir votre progéniture de temps en temps si ce n’est pas lui qui vient vous grimper dessus (le travail en visioconf’ c’est mort).

Midi !
La « pause » tant attendue. Si vous avez le temps (hahahah), essayez de préparer le repas de midi en avance pour gagner du temps, ou choisissez un repas froid (salade composée par exemple).
C’est le moment de manger avec votre bambin puis de le mettre au lit pour une lonnnngue sieste (croisez les doigts). Si vous pouvez, choisissez le moment de sa sieste pour faire vos tâches les plus importantes.

Quand il se réveille, ressortez les jeux de construction, ou puzzles, ou livres, ou les trois le temps de terminer ce que vous avez à faire.

Soir :
Prenez un temps de calme avec votre enfant après le travail. Mon fils adore regarder le coucher de soleil par exemple. Puis mettez vous aux fourneaux. Bah oui ça mange ces petites choses là. Et faites participer votre enfant si possible (vous passer un ingrédient, sortir ses couverts…)

Crédit Ta mère la blogueuse

Quelques astuces :
-oubliez la maison nickel et bien rangée, vous remettrez tout en ordre plus tard.
-Pour éviter de sortir faire vos courses et qui plus est avec votre enfant, faites vous livrer ! Plusieurs magasins proposent ce service comme Premium market ou la société Allo express.
– Faites des doses plus importantes lorsque vous cuisinez et congelez. Ça peut vous faire gagner du temps pour les jours où vous êtes fatigué.
-Mini vous réclame de l’attention alors que vous êtes en plein dans le boulot ? Faites une pause, parlez lui, proposez lui un nouveau jouet, expliquez lui que vous travaillez à la maison. Les enfants comprennent que quelque chose est différent.

Le week-end : c’est le moment de profiter avant une nouvelle semaine ou avant que votre enfant ne reparte chez l’autre parent (à ceux qui se posent la question : les sorties pour garde d’enfants sont autorisées)

Bien sûr chaque enfant est différent et si vous avez des idées ou expériences, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ! Et… bon courage à tous 😀 Restez chez vous !!