Comprendre et réagir à la « crise » des 2 ans

-LES EXPERTS-

2 ans ! L’âge que beaucoup de parents redoutent. On parle même de « Terrible two », de « crise » des 2 ans… Qu’en est-il vraiment ? Comment réagir quand notre enfant nous dit non, voire s’énerve ? Éléments de réponses avec l’association Parent autrement à Tahiti :

Lire la suite de « Comprendre et réagir à la « crise » des 2 ans »

Publicités

Ta mère en crise de (l’avant) trentaine

Alors que mon fils a atteint l’âge redouté de 2 ans, que certains renomment peut-être un peu (j’espère) exagérément « Terrible two », je fais aussi ma « crise ».

Car oui, la crise de la trentaine existe bel et bien. Ok ok je n’ai pas encore 30 ans et mes amis qui ont passé le cap ne manquent pas de me le rappeler…

Mais à en croire mes lectures (le Huff post, LCI, Psychologies… ouais ouais je lis moi madame), la crise de la trentaine se déroule entre 27 et 35 ans.

Alors non je ne vais pas tout plaquer pour m’enfuir avec un jeune de 18 ans cueillir des fraises 🍓 au Danemark pour gagner ma vie. Non.

La crise de la trentaine c’est en général une étape, un stade où on remet tout (ou presque) en question. On voit ses amis qui ont déjà 3 gosses, ce pote devenu propriétaire de son logement, cet autre qui a déjà un poste de cadre et sa BFF déjà mariée depuis 4 ans… et on se demande ce qu’on a mal fait.

On a peur d’avoir raté quelque chose, d’être en retard, la faute à toute cette pression de la société.

Mais rassurez-vous, la crise de la trentaine touche aussi les autres. Ceux qui en apparence ont « tout ». Parce que 30 ans c’est une étape, l’heure d’un premier bilan. C’est pas que, mais le temps file.

Alors j’ai beau avoir un job sympa, la maison dont je rêvais, un super mari et un enfant merveilleux, voilà je me pose mille questions. Note aux parents et futurs : on se rend encore plus compte du temps qui passe lorsqu’on voie son enfant grandir à vue d’oeil.

Petit condensé de ce qui peut traverser l’esprit d’une bientôt trentenaire : « Est ce que je suis assez performante dans mon travail ? Est ce que ce que je fais a un impact sur la société ? Est ce que si mon mari m’avait rencontrée aujourd’hui il serait tombé amoureux ? Est-ce que je suis vraiment encore désirable après un enfant ou est ce que mon mari est vraiment un vendu ? Est ce que je suis une bonne mère (question que se posent en général TOUTES les mères 😅) ? Est ce que j’ai assez de maturité ? Est ce qu’il n’est pas trop tard pour me mettre au sport/manger bio/ressembler à Queen B ? Est ce que j’ai assez profité de ma jeunesse ? Comment on s’amuse à 30 ans ? Est ce qu’une maman a encore le droit de faire ça ? C’est trop tard pour devenir une star d’Insta ?

Bon, voilà. J’arrête là. Vous avez un aperçu.

Comment on traverse une crise de la trentaine? A en croire mes lectures, cette remise en question, souvent principalement professionnelle, peut avoir du bon. Elle doit être écoutée. C’est le moment de se demander ce qu’on veut vraiment. Ou de se dire qu’on n’est pas si mal là où on est, et d’apprendre à apprécier les moments de bonheur…

Crédit image à la une : Ta mère la blogueuse (bah ouais c’est moi. Je prends un selfie ça se voit non ? Je suis jeune je vous dis… 😝)

Rentrée scolaire : comment préparer au mieux son enfant ?

-LES EXPERTS-

En Polynésie, c’est déjà la fin des vacances. Terminés les jeux jusqu’à pas d’heure, les journées à la plage… Pour certains, reprendre le chemin de l’école et facile, pour d’autres beaucoup moins. Et pour les plus petits, ce sera peut-être la première rentrée. Comment préparer au mieux son enfant à cette année ? Les conseils de Nathalie Colin-Fagotin, psychologue et maman à l’origine de Familipsy :

Lire la suite de « Rentrée scolaire : comment préparer au mieux son enfant ? »

Familipsy vous donne les 10 clés du bonheur en famille

-LES EXPERTS –

Le bonheur… cette sorte de Saint Graal que tout le monde espère. On se dit qu’une fois en couple on l’aura. Mais ce n’est pas toujours aussi simple. Et quand vient le premier enfant, la vie se retrouve chamboulée.

Lire la suite de « Familipsy vous donne les 10 clés du bonheur en famille »

Le burn out parental : qu’est-ce que c’est ? Comment l’éviter ?

– LES EXPERTS –

Aujourd’hui, dans la rubrique consacrée aux professionnels, Ta mère la blogueuse donne la parole à Nathalie Colin-Fagotin, psychologue et maman à l’origine de Familipsy

Nathalie familipsy
Crédit photo : Nathalie Colin-Fagotin

 

On entend souvent parler de « burn out parental ». De quoi s’agit il exactement ?
« Le burn out parental décrit un état psychologique de saturation, de surmenage qui peut apparaitre après une longue et intense période de stress. Pourquoi « parental » parce que les évènements stressants sont en rapport avec la vie familiale et le « rôle » de parent : s’acquitter des multiples tâches liées au fait d’être parent, et endosser les responsabilités liées à la parentalité, notamment. »

Quels sont les signes qui doivent nous alerter ?
« Les signes qui doivent alerter sont variés mais dans les plus courants, on trouve : sautes d’humeur, fatigue, épuisement, irritabilité, intolérance aux petites frustrations du quotidien, etc. Parfois, des actes incontrôlés et inhabituels peuvent être aussi des signaux d’alerte. »

Comment l’éviter ?
« En prenant soin de se reposer suffisamment : le manque de sommeil n’arrange rien. En apprenant à gérer son temps, à s’organiser et en n’hésitant pas par exemple à déléguer pour se décharger d’une partie de ses tâches. Et en prenant les choses en main, en se faisant aider par exemple par un professionnel, dès que les premiers signes apparaissent. »

Cela peut arriver avec un enfant de tout âge ?
« Oui, on peut même considérer que l’arrivée d’un deuxième puis troisième enfant ajoute au stress et à la « charge mentale » et va amplifier le risque de burn-out parental. »

Quelle est la différence avec une dépression post partum ?
« La dépression du post-partum apparait quelques mois après la naissance de bébé et est spécifiquement lié aux complications psychologiques liées à la naissance et l’arrivée de l’enfant. D’ailleurs, les jeunes mères touchées par la dépression du post-partum ont souvent déjà connu au préalable des phases de dépression qui les rend plus vulnérables à ce type de trouble. »


Pour en savoir plus sur le burn out parental, rendez-vous sur le site Internet de Familipsy. Cliquez ICI

encart Familipsy

Crédit photo à la une : Xavier Sotomayor/StockSnap.io