Des vacances de FO-LIE !

Cette année je me suis fait plaisir et j’ai pris 3 semaines oui TROIS semaines de congés pour les fêtes de fin d’année. J’en aurai presque honte. Mais les congés c’est fait pour être pris non ? Je reprends le boulot lundi, déjà. J’ai passé des vacances de folie. De FO-LIE. J’ai :

Lire la suite de « Des vacances de FO-LIE ! »

Et maintenant, j’ai besoin de vacances 

Crédit image à la une : Alexandre Vanier / StockSnap.io

Débordée, fatiguée… Il y a des semaines où ça prend encore plus de sens que d’autres. 

Quand j’entends : « ça va c’est bon, t’as le temps »… « ah bon t’es fatiguée ? Mais bébé fait ses nuits ! »…. 

Voilà, à peu de choses près, ma journée type : 

5h00 : Bébé fait de petits « beuuhhb beuhhh »… Réveil de la mère paniquée. Cacahuète est à l’envers dans son lit. Il a encore fait l’asticot. Normal. On remet bébé dans le bon sens et on se rendort. 

5h30 : Cacahuète a les yeux grands ouverts. Il est bien réveillé et du coup, la mère aussi. 

5h50 : le réveil sonne. La mère a déjà dégainé le biberon. C’est parti, la journée commence.

6h30 : biberon fini, couche changée, vitamine ingurgitée, bébé allongé dans sa chambre avec son mobile. Super papa s’occupe de préparer le sac à langer. La mère va pouvoir s’occuper du reste. 

6h31 : la mère manque de se casser la figure. Les chats ont faim et le font savoir. La meute a décidé de faire des croche-pieds jusqu’à ce que les gamelles soient pleines. Non mais.

6h35 : la chienne s’y met. Elle pleure derrière la porte. Une sorte de sifflement aigue. Elle aussi a faim. Ok on se calme ! Y’en aura pour tout le monde. 

6h40 (quand on a été rapides) : on sort enfin de quoi prendre un petit dejeuner. Le temps d’avaler deux gorgées de Rotui (jus de fruits) et on doit fermer la maison, aller prendre une douche etc etc. 

7h30 : on est dans la voiture. Ouf. Non mais comment on a fait pour perdre autant de temps ? Il y a eu une elipse temporelle. C’est sûr. 

8h10 : la mère est au bureau. 

17h30 : Super papa a récupéré Cacahuète à la garderie. Les deux hommes attendent la mère dans le parking de son travail. Elle sortira probablement à 18h, si tout va bien. 

18h30 : un arrêt urgent au supermarché (on n’a plus de couuuuches) et quelques embouteilages plus tard, on est à la maison. 

19h40 : Après le bib’, plus ou moins 2 cuillères de purée de légume et un câlin, on couche bébé en vitesse, c’est plus que l’heure pour lui. Il s’endort d’une traite. Quelle chance. 

21h : Les parents mangent enfin. La mère s’endort au deuxième épisode de la série du soir. Réveil en sursaut sur le canapé. On range tout. Croche-pieds des chats, miaulements insistants, pleurs de la chienne. On rempli les gamelles. On transfère bébé dans son cododo et hop au lit.

5h : c’est reparti. Jusqu’à vendredi ou plus (bah oui y’a des gens qui travaillent le week-end. Je vous jure, ça existe). 

Ajouté à cette semaine les tâches ménagères, les rendez-vous pédiatre/kiné/osthéo, les petits et grands soucis « habituels »que chacun peut rencontrer… La mère est HS. 

Alors des fois elle se permet…

>de râler même si au fond elle est heureuse, 

>de prendre une demi-journée pour profiter (et finalement s’endormir pendant la sieste de bébé), 

>de remettre certaines choses à plus tard, d’oublier d’en faire d’autres, 

>d’être ultra-possessive avec bébé quand enfin elle passe du temps avec lui, 

>d’en vouloir à la terre entière pour une raison inconnue… 

Ne jugez pas les mamans qui prennent des vacances à peine rentrées de congé mat’. Donner naissance à un enfant, se remettre de l’accouchement, laisser son bébé à des inconnus pour retourner travailler, plus tout ce qui se passe d’autre dans nos vies… c’est pas facile. 

Les congés mat’ c’était pas du repos. Et maintenant j’ai #besoindevacances

Éduquer seule 2 enfants quand on vit chez ses parents…

VOS HISTOIRES

Je débute cette nouvelle rubrique avec un témoignage de Priscilla, une maman de Tahiti.

StockSnap_F9A9BC32GG.jpg

 

Photo d’illustration. Crédit :Josh Rocklage (StockSnap.io)

 

On est toutes mamans et toutes différentes aussi. On n’a pas toutes un mari qui nous soutient, une maison et un super travail.

Priscilla est séparée du père de ses enfants. Il est retourné vivre en Nouvelle-Calédonie en 2013.

Lire la suite de « Éduquer seule 2 enfants quand on vit chez ses parents… »

Reprise du boulot : mes petits trucs pour survivre après un congé mat’


Crédit : Jakub Kapusnak StockSnap.io

Si j’étais parfaite (hahahahaha) je vous dirais :

– Avant la reprise du travail, péparez plusieurs plats que vous mettrez à congeler pour la semaine. Ça évitera d’avoir à cuisiner en rentrant d’une longue journée au bureau.

–  Essayez de faire un peu de ménage en rentrant ou avant de partir travailler pour ne pas avoir à le faire le week-end

– Profitez de vos pauses déjeuner pour aller voir bébé à la garderie / chez papy/ mamie

– le soir prenez le temps de câliner bébé, de jouer avec lui, de lui lire une histoire

– gardez un peu de temps pour prendre soin de vous, faire du sport

– reposez vous le week-end

HAHAHAHAHA Vous rigolez bien là n’est-ce pas ?

Non parce qu’en vrai on n’est pas toutes parfaites, avec plein d’énergie, de volonté, et un emploi du temps qui nous fait terminer le travail à 16h. Donc… mes petits trucs un peu plus réalistes pour tenir le coup : 

– Embrasser bébé et le câliner juste avant de partir au travail, histoire de se donner du courage

– Se mettre à fond dans son boulot dès le matin, et réclamer une photo de mini vous en cas de baisse de régime. Ou passer un coup de fil pour entendre son petit areuhh

– Celles qui allaitent ont droit à du temps dans la journée. Profitez en. Et si vous n’allaitez pas, comme moi, essayez de sortir manger avec des collègues, ne pas rester enfermée au bureau

– le soir en rentrant bah… faites ce que vous pouvez et ne vous culpabilisez pas ! Aller on se fera un tit plat une autre fois. Chéri on commande une pizza ?

– le week-end pour moi c’est ménage mais surtout profiter d’être en famille. Si les premiers temps après la reprise vous n’avez pas envie de voir les copines / parents / grands-parents pendant le week-end c’est normal. Ils pourront certainement comprendre ! 

– Et pour le sport… bon j’avoue que j’ai un peu lâché… mais je vous en parlerais dans un prochain article ! 

😉

Retour à la vie active acte 3 : la rentrée… de la mère

 Source photo : StockSnap.io

On m’avait prévenue « ça va être dur »… C’est sûr, je ne vais pas vous mentir, on ne laisse pas son bébé toute une journée pour aller travailler sans un petit noeud à l’estomac… 

La veille nous étions chez des amis. Elle, a accouché quelques mois avant moi. L’étape du retour au travail a été difficile. Elle me comprenait. On en a pas mal discuté. J’essayais de ne pas trop penser au lendemain. De ne pas stresser. 

Le matin je me suis réveillée plus résignée qu’autre chose. Il fallait bien que je retourne au bureau un jour. Je me suis préparée tranquillement, j’ai nourri mon fils, je l’ai habillé et câliné, câliné. 

Je suis arrivée au bureau l’estomac noué. Mais j’ai de super collègues, qui m’ont demandé si tout allait bien, ont eu des mots gentils… J’ai même eu droit à un gâteau au chocolat d’un de mes chefs (ouais là vous vous dites « mais quelle est cette entreprise de rêve ? »… Je sais je sais… j’ai beaucoup de chance).

Et surtout, j’ai revu ma Cacahuète le midi. Une pause déjeuner ça fait du bien. Encore plus avec ceux qu’on aime. Ça m’a aidé à tenir le reste de la journée. 

J’aimerai que chaque jour de travail soit comme celui ci. Mais je sais que je ne verrais pas mon bébé tous les midis, que certaines journées seront plus longues, que je n’aurai pas toujours autant le sourire… 

Mais au moins j’ai remis les pieds au bureau, je vais reprendre un rythme, trouver un équilibre. Le cap est (presque) passé….


Crédit : Manon Della-Maggiora

Retour à la vie active acte 1 : l’angoisse de la séparation

En parlant de se sentir coupable… Je reprends le travail dans une petite semaine 😢

Ne vous méprenez pas, j’adore mon métier. J’aime bosser dans les médias, faire de la télé et du web. Mais… laisser mon bébé va être difficile.

C’est vrai, à sa naissance, Cacahuète a dû passer un mois en neo nat (lire ici). Au bout d’une semaine on m’a signé ma sortie de l’hôpital. J’ai donc dormi loin de mon fils tous les soirs pendant 3 semaines. Mais j’étais avec lui toute la journée en neo nat. J’étais collée à lui. Littéralement puisque je faisais du peau à peau presque non stop.

Depuis qu’on est tous les 3 à la maison, je crois que je suis devenue une maman poule +++. Le laisser en crèche sera sans doute un peu difficile même s’il n’y passera que les apres midis, le papa pouvant le garder le matin à la maison.

Ce lundi débute la semaine d’adaptation à la crèche. J’ai hâte de voir comment Cacahuète va percevoir ce nouvel environnement. Et en même temps cette semaine me rapproche du moment fatidique : celui du retour à une vie de « working mum ».


Photo Manon Della-maggiora